• Ouvres toi....

    Ouvres toi, mange le ce nuage atrophié

    Ce géant praticien des atmosphères sonores

    L'un dans l'autre un état de la mort

    Un monstre sur son échelle impatiente

    Il va quand l'autre tombe de son gré dans la soupe aux fossiles

    Il mange du quart d'enfant en chanson si légère

    Et renvoie ses audaces par le ciel son complice

    Ouvres toi, mange le ce corps en sol majeur.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :